Dans la mode, des mesures nécessaires mais pas suffisantes

Secouru par les mesures génériques du gouvernement, le secteur de la mode n’a pas bénéficié de soutien spécifique comme d’autres branches plus en vue. Pourtant, l’avenir s’annonce périlleux et des aides ciblées seraient bienvenues. Ce qui ne saurait dédouaner le secteur d’une réflexion de fond sur son fonctionnement.

Boutique mode

A la fois ancien et à la pointe, le secteur de la mode souffrait déjà avant la crise sanitaire de graves dysfonctionnements. Réalisées sur le dos de pays à bas coût de main d’œuvre, la démocratisation de la mode et sa politique conséquente de petits prix l’ont assujettie à une production délocalisée, voire lointaine, non sans inconvénients. Alors que la consommation d’habillement est en berne dans l’Hexagone depuis de nombreuses années (chute de 17 % entre 2007 et 2019 – source IFM), la surproduction découlant de cette massification de la mode induit immanquablement des surstocks en bout de chaîne et l’entraîne dans une spirale de promotions et de remises à l’origine de difficultés de trésorerie.

Cet article est réservé aux abonnés.
Découvrez également notre sélection exclusive de marques en croissance et profitez en ce moment de notre offre solidaire :
Accès intégral à Boutique2mode.com + l’echommerces.fr pour 1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.

Déjà abonné ? Se connecter
Pas encore abonné ? Je m’abonne

Connexion