Les détaillants indépendants en grande difficulté depuis le début de l’année 2019

Les résultats du baromètre IFM/Boutique2Mode montrent que l’activité des détaillants indépendants a fortement baissé au cours du premier semestre 2019.

détaillants indépendants
Les détaillants indépendants de la mode ont enregistré une forte baisse de leur chiffre d’affaires au premier semestre 2019.

Les temps sont durs pour le commerce, particulièrement dans le secteur de la mode qui a perdu plus de 15% de sa valeur depuis 2007 ! Concurrence accrue des grandes chaînes, boom du e-commerce, réaffectation du budget des ménages vers la téléphonie ou les loisirs… Les causes de cette baisse drastique sont nombreuses, et personne à l’heure actuelle ne saurait prédire jusqu’à quel seuil le marché peut encore chuter. A ce contexte déjà difficile, s’est ajoutée une multiplication des mouvements sociaux depuis le mois de novembre 2018. Ce qui n’a pas été sans conséquence sur l’activité des détaillants indépendants, et particulièrement pour ceux installés en centre-ville.

Lire aussi : Maisons de Mode : Quel sera le créateur plébiscité par les détaillants ?

« La baisse de l’activité pour le secteur de l’habillement, tous circuits de distribution confondus, se chiffre à – 1,4% au premier semestre 2019 », précise Gildas Minvielle, directeur de l’Observatoire économique de l’IFM. Les détaillants indépendants se trouvent quant à eux légèrement en dessous de cette moyenne, toujours selon l’IFM, et enregistrent une diminution de leur chiffre d’affaires de -1,9%. Une tendance à la baisse que confirme largement le sondage que nous avons mené auprès de 450 professionnels de la mode(créateurs & marques, habillement, chaussures, accessoires…), en grande majorité des commerçants indépendants.

Plus de 30% des professionnels de la mode déclarent une chute de leur chiffre d’affaires de 10% ou plus

chiffre-daffaires-mode

Une nouvelle fois, ce sont les soldes en inadéquation avec les saisons, ainsi que la multiplication des promotions tout au long de l’année, qui sont évoqués par une majorité de commerçants afin d’expliquer ces mauvais résultats. « Sachant que les mois les plus froids sont janvier et février, et les plus chauds, juin, juillet et août, est-il logique de “brader” au moment où il y a des besoins ? Est-ce que les restaurateurs font une remise 30% sur leurs plats du jour à 12h15 ? », s’interroge à juste titre un détaillant. Ainsi, seulement 20% des sondés estiment avoir enregistré une hausse des ventes au cours du premier semestre, quand 70% affirment avoir subi une perte de chiffre d’affaires, dont 32% supérieure ou égale à -10%.

Sentiments mitigés pour le second semestre 2019

Chiffre-daffaires-commerce-2019

S’ils ne sont que 10% à avoir déclaré un chiffre d’affaires stable au premier semestre 2019, ils sont près de 4 fois plus à anticiper une stabilisation des ventes pour la seconde partie de l’année. Néanmoins, plus de la moitié s’attend à une nouvelle chute de l’activité, alors qu’ils ne sont à l’inverse que 7% à anticiper une amélioration. Pessimisme ou simple prudence ? Nous en saurons déjà plus au mois d’octobre, avec la publication du prochain baromètre trimestriel IFM/Boutique2Mode.