Comment les maroquiniers défendent leur part de marché

En maroquinerie aussi, la tâche se corse pour les détaillants. Mais au milieu d’une concurrence aussi féroce que multiple, ils peuvent encore exister avec des atouts assortis à de bons choix stratégiques. Tour d’horizon des leviers d’action.

Bagosud
Guillaume Falque, gérant de la société Bagosud qui possède quatre magasins en région sud.

Comme pour leurs confrères de la chaussure et du prêt-à-porter, la situation des détaillants en maroquinerie demeure compliquée. Après un redressement notable et encourageant des ventes à la fin de 2022, l’année 2023 s’est finalement terminée sur une légère baisse de 0,4 %. Encore la décroissance a-t-elle été contenue par l’augmentation des prix et donc celle du panier moyen ! La concurrence de sites internet s’accroit d’année en année comme celle de circuits non spécialisés tels que les magasins de prêt-à-porter ou de chaussures.

L’année 2024 a débuté sur une baisse des ventes de 1% au premier trimestre chez les maroquiniers indépendants. Toutefois, ceux-ci peuvent rester confiants en l’avenir proche, avec le ralentissement de l’inflation et le sursaut d’activité attendu pour les Jeux Olympiques. D’autant qu’ils conservent des atouts pour se maintenir sur le marché. Témoignages et conseils de professionnels du secteur.

Se connecter