6 conseils pour séduire les touristes

L’été arrive et avec lui son flux de touristes qui viennent profiter des plages, paysages, monuments… mais aussi compléter leurs gardes robes ! Voici nos 6 conseils pour parvenir à séduire et pourquoi pas même fidéliser cette clientèle.

1) Apprenez les basiques des langues étrangères

« Hello » en anglais, « guten tag » en allemand, « nǐ hăo » en chinois ou encore « konnichi wa » en japonais, une simple formule de bienvenue dans la langue maternelle du touriste pour le mettre en confiance et créer ainsi un environnement propice à l’achat. Dans le même registre, apprenez les basiques « merci », « s’il-vous-plaît » ou « au revoir », que vous pouvez assimiler facilement sur le site www.freelang.com. Une adaptation linguistique très utile avec la clientèle italienne, par exemple. « Ils ne sont pas toujours à l’aise avec l’anglais. Un accueil dans leur langue est fortement apprécié » recommande ainsi la CCI de Paris. « Le client se sent vraiment valorisé lorsque vous faites l’effort, même si ce n’est que pour un ou deux mots, c’est l’intention qui compte » renchérit Hervé Simon Gérant de la boutique pour homme Etymology, à Aix-en-Provence.

2) Construisez votre offre en fonction de la nationalité

Vous l’aurez remarqué au fil des saisons et des touristes qui les accompagnent, les spécificités culturelles à chaque pays sont parfois bien marquées, si bien que l’on n’accueillera pas de la même façon un Chinois ou un Russe. Pour aider les commerçants, la CCI de Paris vient donc de publier un guide touristique intitulé « Do you speak touriste », dans lequel elle détaille les habitudes de consommation et de vie des principales nationalités de touristes qui visitent la France chaque année. On y apprend, entres autres, que les Brésiliens sont particulièrement friands de maroquinerie et de parfumerie, idéal pour une vente additionnelle. Les Japonais et Américains privilégient de leur côté le « made in France », synonyme de qualité et d’authenticité à leurs yeux. Dès lors, si vous possédez des articles français au sein de votre magasin, pensez à le mentionner dans la vitrine, d’autant plus que cette clientèle se distingue par son fort pouvoir d’achat. 

3) Proposez des produits uniques

Attirer et fidéliser une clientèle internationale haut de gamme, voici le pari fou réussi par Biba et son mari, lorsqu’elle a ouvert sa boutique Le Grand Bazar, située dans la rue d’Antibes, à Cannes. On y retrouve ainsi un « mélange subtil de créateurs établis et de marques émergentes, triés sur le volet dans les showrooms des capitales de la mode ». Un choix gagnant auprès des acheteurs étrangers qui représentent plus de 90% de sa clientèle aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que dans chaque collection, de Paul Smith à Rick Owens, en passant par Nina Ricci ou Rochas, Biba déniche les pièces les plus pointues. Et aime à raconter des histoires « loin des marchés classiques ». Les histoires, on connaît chez Jacques Loup, chausseur emblématique cannois depuis plus de 70 ans. Ici aussi, les touristes étrangers représentent une part importante de la clientèle du magasin, venant y dénicher les marques de luxe minutieusement choisies, mais aussi les créations de Marie-Françoise Loup, qui dirige le magasin avec son frère, Jacques. 

4) Travaillez votre e-réputation

C’est une tendance qui se confirme d’année en année, les touristes se renseignent de plus en plus sur internet avant de se rendre dans un commerce, et même lorsqu’il s’agit de mode. Pour pouvoir acquérir une notoriété en amont auprès de ces acheteurs étrangers, il peut être intéressant de faire appel à un KOL (Key Opinion Leader) Chinois, Japonais ou même Américain. Plus précisément, nous parlons ici de bloggeurs, youtubeurs ou encore instagrammeurs influant, qui pourront mettre en avant votre marque et/ou commerce. Inciter aussi vos clients étrangers à partager sur les réseaux sociaux leurs achats en boutique, en identifiant clairement votre point de vente et les marques que vous proposez. Vous pouvez également traduire votre site internet dans une langue étrangère, vous assurant ainsi un très bon référencement dans les recherches des touristes internationaux. Le cas échéant, assurez-vous de trouver un traducteur originaire du pays vers lequel vous souhaitez vous adresser, afin que le message puisse être bien transmis tant sur le plan linguistique que culturel. Pour répondre à ce nouveau besoin, la Marketplace Text Master référence de très nombreux profils de traducteurs freelance.


Lire aussi : Youtubeuses instagrammeuses bloggeuses – Les nouvelles égéries des marques de mode

5) Adaptez vos horaires d’ouvertures

La loi pour la croissance et l’activité, plus connue sous le nom de loi « Macron », autorise les commerces se situant dans une Zone Touristiques Internationale à ouvrir leurs portes le dimanche ainsi que de 21 heures à minuit. Si cette facilité est surtout la bienvenue pour les grandes enseignes de luxe, adapter vos plages d’ouvertures peut se révéler bénéfique en fonction de la clientèle visée. Les hispaniques particulièrement, Espagnols, mais aussi Sud-Américains, sont habitués à veiller tard, l’occasion de décaler la fermeture de votre commerce jusqu’à 21 heures, ce qui peut se faire hors des ZTI, sous conditions. « Durant la saison estivale, j’ai pour habitude de continuer à ouvrir jusqu’à 20 h 30, parfois plus, relate ainsi Nabil Mairi, détaillant en chaussure et maroquinerie à Cannes. Les étrangers, notamment, apprécient de se retrouver seuls en boutique car on a le temps de s’occuper d’eux, ce qui est souvent bon signe lors du passage en caisse ». 

6) Offrez le service plus

Les grands magasins parisiens l’ont bien compris, les touristes étrangers plébiscitent autant le service qui leur est offert que le produit qu’ils vont pouvoir acquérir. Ainsi aux Printemps Haussmann, une entrée spéciale dédiée uniquement aux bus touristiques a été créé. A l’intérieur, des Personal Shopper sont à leurs services pour les orienter dans leurs achats, et la direction applique automatiquement la détaxe de 12% dont les touristes bénéficient à partir de 175 euros d’achat. Une personnalisation du service que certains indépendants utilisent avec succès au sein de leur commerce. Micha Bansay, gérante de Micha Concept Store (Paris VIIIe), propose ainsi à ses clients non véhiculés de les raccompagner, en faisant appel à un service de limousines. « Ne bougez pas, j’appelle mon chauffeur, dit-elle à ses clients étrangers… À 18 ou 20 € la course dans Paris, cela représente une somme, mais les clientes sont hyper contentes. » Des commerçants aux petits soins des touristes étrangers, ou comment mettre un terme au légendaire manque de chaleur de l’accueil français.